C’est avec un grand appétit que nous entamons cette 46e édition du Festival du nouveau cinéma, une période privilégiée durant laquelle plusieurs de nos collaborations seront à l’honneur et qui aura lieu du 4 au 15 octobre 2017.

Alexandre Domingue, président chez Post-Moderne est honoré d’être membre du jury de la Compétition internationale (longs métrages) aux côtés de Sophie Cadieux et de Lyse Lafontaine.

C’est lors de la soirée de clôture que le meilleur long métrage issu de la section Focus Québec/Canada se méritera 3 000 $ en argent et 12 000 $ en services de postproduction remis par Post-Moderne.

Voici les superbes projets sur lesquels nous avons travaillés durant les derniers mois. Cliquez sur les titres pour vous rendre à la billetterie en ligne.

Bon festival!

 

 

Les affamés

Le Québec a enfin son film de zombies. Un vrai ! Intelligemment angoissant, bizarrement drôle et avec Marc-André Grondin. Mais que demander de plus? 

Aux prises avec une invasion de zombies, des survivants tentent comme ils peuvent de fuir et surtout de survivre. Ils veulent aussi comprendre ces étranges créatures aux agissements bien particuliers, car oui, ces morts-vivants ne sont pas comme les autres. Vous verrez… Un casting de rêve pour le plus « fantastique » des nos cinéastes actuels. Un film surprenant et différent.

 

 

 

 

 

All you can eat Bouddha

Voyage étonnant, décadent et absurde dans un hôtel tout inclus pour le premier long métrage très attendu de Ian Lagarde.

Sous la chaleur et les paysages du Sud, Mike délaisse lentement sa gloutonnerie et se métamorphose au fil de ses rencontres. Expérience sensorielle qui emprunte d’un côté à Alejandro Jodorowsky et de l’autre à Monty Python, All you can eat Bouddha propose un récit existentialiste sombre et tordu, mais tendre, teinté d’une dose de mysticisme.

 

 

 
Les faux tatouages

Un premier amour entier, vibrant au rythme du punk : tout va plus vite lorsqu’on n’a pas vingt ans ! 

Théo célèbre sa majorité toute neuve en s’enivrant de bière et de rock enragé. Il rencontre Mag, jeune rebelle charismatique. Ce pourrait bien être l’amour, mais Théo doit bientôt quitter Montréal pour refaire sa vie au loin… Pour son deuxième long métrage, Pascal Plante filme l’adolescence, les émois et la marginalité. Un air du temps plein de sensibilité et de personnalité.

 

 

 

 

 

Crème de menthe

À la suite du décès de son père, Renée revient au Saguenay pour les funérailles. Obligée de vider la maison du défunt, elle découvre un fouillis inouï : son père était accumulateur compulsif.

 

 

 

 

 

 

Fast Eddy

Fred, un fanatique de course motorisée, va à l’autodrome pour voir le coureur Fast Eddy. Au fur et à mesure que la course progresse, il s’approche frénétiquement du coureur et de son équipe jusqu’à ce qu’il ne franchise la limite socialement acceptable.

 

 

 

 

 

Born in the Maelstrom

Born in the Maelstrom raconte le voyage impressionniste de Rebecca, une jeune femme métisse, qui se démène pour comprendre son identité dans un monde façonné par le passé douloureux de sa mère d’origine noire.

 

 

 

 

 

La chute

Une femme se réveille d’un long coma. Ayant perdu la mémoire, elle cherche à comprendre qui elle est. Marty fera l’expérience d’un passé et d’un futur qui ne semblent plus lui appartenir.

 

 

 

 

 

Mes nuits feront écho

La nuit porte conseil, elle apparaît aussi comme un moment propice aux révélations pour trois personnages de génération différente.

Ils sont trois, de culture et surtout de génération différente. Éliane, Romes et Pablo décident de poser une action dans leur vie respective avant qu’il ne soit trop tard. Sophie Goyette capte avec une attention particulière la quête de trois protagonistes qui arrivent à un moment charnière dans leur cheminement personnel. Une œuvre méditative qui s’imprègne des questionnements universels propres à la nature humaine.

 

 

 

Le cowboy du Mont-Laurier

Amélie fait la rencontre d’un homme particulier dans une buanderie.

 

 

 

 

 

Lost paradise lost

Prisonniers de leur quotidien technologique, Julie et Victor sont déçus par leurs semblables. Ils tombent par hasard sur un rassemblement de gens mystérieux qui les accueille et leur donne un rôle prêt à porter. Le groupe s’enfonce dans la forêt vers une destination inconnue jusqu’à ce qu’une force l’attaque. Unis face au danger, Julie et Victor devront départager le vrai du faux. Ou se laisser aller au plaisir de l’artifice…

 

 

 

 

Notre famille

À 16 ans, Pierre n’est pas la personne qu’il voudrait être et craint de ne jamais le devenir. Il s’échappe un jour pour retrouver en forêt Michel, un homme mystérieusement venu le rejoindre pour l’entraîner. Coupé du monde en plein nature, Pierre se laisse guider par l’autorité paternelle et le charisme de son nouveau mentor.

 

 

 

 

 

La petite fille qui aimait trop les allumettes

La relecture sous le signe de l’intensité d’un célèbre roman par l’un de nos jeunes cinéastes québécois les plus doués.

Après le choc de Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau, Simon Lavoie revient en solo et s’inspire du classique littéraire signé Gaétan Soucy. Dans une maison de campagne isolée, deux adolescents livrés à eux-mêmes organisent leur chaos intime à la suite de la disparition de leur père. Une adaptation forcément personnelle et très attendue.

 

 

 

 

 

Pisces

Deux amis d’enfance, tous deux otages d’un tragique évènement, trouvent dans la réminiscence d’un même souvenir le seul espoir de s’affranchir.

 

 

 

 

 

 

Sashinka

Portrait sensible et déchirant d’une jeune femme à l’aube de la vingtaine à travers sa relation tumultueuse avec sa mère. 

Alors qu’elle s’apprête à produire un spectacle très important pour sa carrière, une musicienne de 22 ans est bousculée par le retour de sa mère, une femme colorée, mais fragile. Après une série de courts métrages, Kristina Wagenbauer propose un premier long métrage à la fois drôle et douloureux, mais follement émouvant, magnifié par l’envoûtante musique composée par Jean-Sébastien Williams.

 

 

 

 

 

Ta peau si lisse

Denis Côté s’immisce dans l’univers du culturisme et porte un regard bienveillant sur ces hommes aux corps surdimensionnés. 

Des hommes de peu de mots et de beaucoup de muscles. Ils sont culturistes, lutteurs ou entraîneurs et partagent la même passion pour le développement extrême de leurs biceps. Pour son dixième long métrage, Denis Côté retourne au documentaire et s’intéresse aux routines hyper contrôlées de ces gladiateurs des temps modernes pour en capter toute la dimension humaine.

 

 

 

 

 

Wonderstruck

De 1927 à 1977, un conte sous forme de destins croisés par l’un des plus précieux créateurs du cinéma américain.

Deux enfants de deux époques différentes, réunis par leur surdité, leurs rêves plus grands que nature et une quête existentielle qui les mènera parallèlement vers New York… Todd Haynes réaffirme avec splendeur son goût pour le mélodrame, la magie et les subtiles correspondances de la vie, retrouve sa muse Julianne Moore et nous invite de nouveau au musée des merveilles.

 

 

 

 

 

Va jouer dehors

Un matin de vacances scolaires, Abel décide de prendre les choses en main pour régler les problèmes financiers de ses parents.