C’est avec frénésie que nous entamons la semaine prochaine cette 35e édition des Rendez-Vous du Cinéma Québécois, une période privilégiée durant laquelle plusieurs de nos collaborations seront à l’honneur.

Les RVCQ représentent aussi une excellente plateforme pour amorcer des discussions sur les techniques, les métiers et les accomplissements de notre cinéma. Une fois de plus cette année, plusieurs évènements à l’horaire s’annoncent fort enrichissants. Afin de vous donner un coup de main avec votre planification, voici les soirées qui ont retenu notre attention. Cliquez sur les titres des évènements pour plus d’informations.

 

23 Février – Prélude : Les affamés

Profitez d’un avant-goût du prochain long métrage de Robin Aubert, un film d’horreur sanglant à souhait.

 

25 février –  Les grandes oeuvres de la dramaturgie québécoise : Prank

Assistez à la première lecture publique de l’adaptation théâtrale du film de Vincent Biron.

 

27 février – André-Line Beauparlant : façonner des univers

Prenez part à une discussion avec la directrice artistique et conceptrice visuelle qui a participé à près d’une trentaine de films québécois.

 

28 février – Gala du court métrage québécois Prends ça court!

Les courts métrages sont à l’honneur pour cette 14e édition du gala Prends ça court! Post-Moderne présentera un prix en service de postproduction à l’un des grands gagnants de la soirée.

 

2 mars – Effets visuels : explorer les dessous d’Arrival

Rencontrez l’équipe d’artisans dirigée par Louis Morin qui a créé le fascinant univers du dernier film de Denis Villeneuve.

 

2 mars – Soirée des webséries

La 4e édition de la Soirée des webséries mettans en vedette Le temps des chenilles, Hypno, Marc en peluche, Switch & Bitch, 100 amis et Game(r).

 

2 mars – Game of Death, websérie ou long métrage?

Présenté par le Fonds Indépendant de Production dans le cadre de la journée Webséries, Sébastien Landry et Baz dévoilent leur websérie, qu’ils considèrent aussi être leur premier long métrage.

 

 

 

Voici les superbes projets sur lesquels nous avons travaillé durant les derniers mois. Cliquez sur les titres pour vous rendre à la billeterie en ligne.

Bon festival!

 

Long métrage fiction

3793_9_le_film_affiche

9 le film

Elles sont au nombre de neuf. Neuf situations, neuf tranches de vie où sont illustrés différemment, parfois en se croisant, les grands maux modernes que sont la solitude et l’incommunicabilité. Inspirés par la pièce de Stéphane E. Roy, Neuf variations sur le vide, les cinéastes Claude Brie (Banqueroute), Érik Canuel (Halte routière), Jean-Philippe Duval (Hystérie), Marc Labrèche (Le lecteur), Micheline Lanctôt (Je me souviens), Luc Picard (Subitement), Stéphane E. Roy (Abus), Éric Tessier (Eccéité) et Ricardo Trogi (Fuite) se sont en effet fait aller la satire pour mieux croquer nos travers contemporains. Une comédie à sketches tricotée serrée autour de personnages tous venus assister à la conférence du spécialiste de la «Communic-Action», Marc Gélinas, qui verra ses enseignements remis en cause lorsqu’il rencontrera lui-même le grand amour.

 

 

 

 

4554_arrival_affiche

Arrival

Un peu partout sur la planète, dans douze endroits différents, apparaissent d’immenses vaisseaux oblongs apparemment venus d’ailleurs. Notamment au-dessus d’une plaine au Montana. C’est là que l’armée américaine va envoyer la docteure Louise Banks, linguiste de renom, ainsi que le mathématicien Ian Donnelly, pour essayer de nouer contact avec les extra-terrestres. Mais la patience n’est pas nécessairement le fort des autorités, qui comprennent mal la façon dont les deux scientifiques s’y prennent. Adapté d’une nouvelle de Ted Chiang, le nouveau film de Denis Villeneuve réinvente la science-fiction à l’ancienne, «spielbergienne», en misant sur une épure formelle saisissante et sophistiquée. Tourné au Québec,Arrival s’appuie sur une musique évocatrice et atmosphérique signée Jóhann Jóhannsson, un message philosophique empli de profondeur et d’altruisme et une performance bouleversante signée Amy Adams. Le film est en lice dans huit catégories aux Oscar 2017, dont celles du meilleur film et de la meilleure réalisation.

 

 

 

 

3926_le_cyclotron_affiche_800px

Cyclotron

Nous sommes à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Simone travaille comme espionne pour les Alliés et a été chargée de retrouver Emil, un scientifique berlinois, afin de l’exécuter. Pris de scrupules, il a pris la fuite avec les plans permettant de fabriquer une bombe atomique. Mais dans le train de nuit en direction de la Suisse où elle est parvenue à le pister, elle réalise qu’Emil est aussi poursuivi par les Allemands, menés par le scientifique König, et que quelque part, dans un des wagons, se cache aussi un prototype de la bombe. Huit ans après l’étonnantUn capitalisme sentimental, Olivier Asselin plonge en plein suspense historique, mais sans perdre une once de cette fantaisie métaphysique aussi palpitante que passionnante qui caractérise déjà son œuvre.

 

 

 

 

3881_affiche_d_encre_et_de_sang

D’encre et de sang

Sébastien, un aspirant écrivain travaillant comme libraire en attendant de réussir à s’exprimer, gagne l’amitié de Joseph, un auteur respecté qu’il admire. Après le décès accidentel de ce dernier devant sa librairie, Sébastien se retrouve en possession d’un mystérieux manuscrit qu’il récupère dans son sac. Affectée par les évènements, Sasha, la fille de Sébastien, décide alors d’entrer en contact avec Sidney, le fils de Joseph, soucieux de venger la mémoire de son père. Mais tandis que les relations se nouent et se complexifient entre ces personnages meurtris, les secrets et les mystères, eux, ne font que s’épaissir. Dévoilé au dernier Festival de cinéma de la ville de Québec, ce premier film coréalisé par Alexis Fortier Gauthier, Francis Fortin et Maxim Rheault met en vedette Martin Desgagné, Lysandre Ménard, Iannicko N’Doua et Fayolle Jean.

 

 

 

 

4042_deserts_affiche

Déserts

Les dunes désertiques de Death Valley… La chaleur, la fièvre… Le mythe. C’est là qu’un homme en quête de vérité a décidé d’aller se perdre. Là aussi qu’une femme qu’il va croiser et qui partage sa passion pour la boxe va lui proposer de l’accompagner. Là encore que ces deux êtres esseulés et étranges vont entreprendre un voyage déstabilisant et extrême à l’intérieur d’eux-mêmes, entre chimères et réalité. Présenté au dernier Festival du nouveau cinéma,Déserts est la première réalisation du duo d’artistes Charles-André Coderre et Yann-Manuel Hernandez (Lucioles). Une magnifique expérimentation formelle en 16?mm où les paysages superbes et inquiétants de la Vallée de la mort font écho aux étendues non moins sauvages des âmes humaines au passé, présent et futur incertains.

 

 

 

 

3808_juste_la_fin_du_monde_affiche

Juste la fin du monde

«Quelque part, il y a quelque temps déjà»… un auteur parisien à succès, malade, revient dans son village natal. Il n’a pas vu les siens depuis douze ans. Et avec sa mère, à fleur de peau, sa petite sœur accro au pot et son grand frère colérique dont la femme est d’une timidité maladive, les retrouvailles ne se passeront évidemment pas dans le calme. Pour son sixième film, Xavier Dolan adapte une pièce de Jean-Luc Lagarce sans jamais trahir son propre univers flamboyant. Il réunit une distribution d’acteurs cinq étoiles (Nathalie Baye, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Vincent Cassel et Gaspard Ulliel) qu’il magnifie sans cesse par des gros plans évocateurs pour concocter un drame familial explosif et bouleversant, récompensé du Grand prix du Festival de Cannes. Le film est en lice dans six catégories aux César 2017, dont celle de la meilleure réalisation.

 

 

 

 

3925_maudite_poutine_affiche

Maudite poutine

Membre d’un groupe de musique, Vincent, 27 ans, a fait l’erreur de voler pour 10 000 dollars de pot à des membres du crime organisé qui, évidemment, réclament aujourd’hui leur dû. Son frère Michel, dont il s’est éloigné, va pourtant surgir de l’ombre pour lui prêter main-forte et essayer de le protéger. Tourné dans sa région natale de Kingsey Falls,Maudite poutine poursuit l’impressionnant travail sur les textures des images et des sons entrepris par l’artiste visuel Karl Lemieux dans ses courts expérimentaux (Passage, Mamori). Dans un noir et blanc ultra texturé, en 16 mm, il marie le récit criminel à l’essai sensitif pour créer une atmosphère oppressante et violente dans laquelle évoluent les charismatiques Jean-Simon Leduc, Martin Dubreuil et Robin Aubert.

 

 

 

 

4036_mes_nuits_feront_echo

Mes nuits feront écho

Ils sont trois. Trois rêveurs, même en plein jour. Trois êtres de générations différentes, habités par des images et des sons. Trois âmes marquées par une absence, un départ ou une urgence à rencontrer l’autre. Il y a Éliane, Romes et son père Pablo. Il y a aussi le Québec, le Mexique et l’Asie. Trois territoires qui se répondent et qui pressent ces personnages de trouver refuge quelque part et d’agir avant qu’il ne soit trop tard. Car ils n’auront pas le choix. Après des courts remarqués (Le futur proche, La ronde), Sophie Goyette passe aux longs et confie aux acteurs Éliane Préfontaine, Gerardo Trejoluna et Felipe Casanava le soin de nous guider dans ce film atmosphérique et méditatif, animé par une douce mélancolie et de profondes réflexions sur la nature humaine.

 

 

 

 

3880_montreal_la_blanche_aff_27x39_rev_hires

Montréal la blanche

Amokrane est chauffeur de taxi. En pleine nuit de Noël, il travaille. Après qu’elle ait perdu sa propre voiture, Kahina embarque dans son taxi. Pressée, elle veut rejoindre sa fille, qui est chez son père, dont Kahina est séparée. Mais ils les ratent. Et Amokrane reconnaît vite en sa passagère une ancienne vedette pop algérienne qu’il croyait morte. Commence alors entre eux une nuit d’errance et de confrontation. Pour son premier long de fiction, adapté de sa propre pièce de théâtre, Bachir Bensaddek signe un film saisissant, portrait de la communauté musulmane montréalaise riche et varié, profond et complexe. Avec tendresse et lucidité, Montréal la blancheinterroge avec franchise et pertinence les questions d’identité et d’intégration tout en révélant deux acteurs attachants?: Rabah Aït Ouyahia et Karina Aktouf.

 

 

 

 

3923_prank_affiche

Prank

Stefie, appareil dentaire et âge ingrat affiché sur le visage, est un ado solitaire et réservé. Jusqu’à ce qu’il fasse la connaissance de Martin, Jean-Sé et Léa, spécialistes de coups pendables qu’ils filment avec leurs cellulaires aux dépens de leurs victimes. Rapidement, Stefie se joint à la bande, particulièrement séduit par l’intrigante Léa et par le coup qu’ils projettent tous ensemble, leur plus ambitieux. Mais qui en sera la victime? Présenté à la Semaine de la Critique au festival de Venise et au festival de Toronto, prix du public de Temps zéro au Festival du nouveau cinéma, le premier long de Vincent Biron est la surprise décalée et insolente de l’année, révélant autant de nouveaux visages qu’il est capable de citer du même souffle Bela Tarr et Jean-Claude Van Damme.

 

 

 

 

4236_tuktuq_1

Tuktuq

Sous contrat avec le gouvernement libéral, un caméraman est envoyé dans un petit village du Nunavik pour y récolter des images d’archives. Mais sur place, il se lie d’amitié avec une famille inuit qui lui fait découvrir ses coutumes et ses traditions. Des traditions plus que menacées par des exploitations minières qui exigent la déportation de tout le village et de ses habitants. Pour cet homme à la croisée des chemins, l’heure est venue de revoir ses idéaux et la raison de sa venue dans ce coin de pays. Pour sa quatrième réalisation dévoilée au festival de Rouyn-Noranda, le comédien Robin Aubert poursuit son explora-tion des continents amorcée en 2009 avec À quelle heure le train pour nulle part grâce à ce docu-fiction aux accents aussi poétiques que politiques.

 

 

 

 

 

Long métrage documentaire 

4002_chez_les_geants_affiche

Chez les géants

Paulusie est un jeune Inuit. Fils attentionné, il s’occupe de son père malade. Mais comme plusieurs autres, il rêve aussi de voyage, de partir loin d’Inukjuak, où il a grandi et forgé son imaginaire fait de légendes fantastiques. Avec Nikuusi, son amoureuse, qui veut faire des études collégiales. Mais rien ne se passera comme prévu. Parce que la dure réalité de leur quotidien dans leur communauté est bien complexe, et que devenir un adulte n’est pas non plus une mince affaire, surtout quand la culpabilité nous ronge. Pour leur premier long métrage intimiste et nécessaire, récompensé à Hot Docs et à Vancouver, Sébastien Rist et Aude Leroux-Lévesque font preuve d’une pudeur et d’un sens poétique remarquables pour saisir les difficultés et la résilience de ces adultes en devenir.

 

 

 

 

4141_histoire_hippie_1

Histoire hippie

En 1966, Martin a fait le choix dont plusieurs ont rêvé, mais qu’ils n’ont jamais osé faire : celui de rejoindre la plus grande communauté hippie d’Amérique du Nord, la Hog Farm. Durant six ans, avec ses filles Deborah et Jacqueline, il a sillonné les routes d’Amérique. Mais depuis, les choses ont changé. Si Martin vit toujours en communauté dans le Mile End à Montréal sans avoir rien renié de ses principes et en travaillant comme gardien de sécurité pour une tour à condos, ses deux filles ont choisi une vie plus rangée à Philadelphie. Avec tendresse et sincérité, Jean-André Fourestié fait le portrait touchant de cette famille singulière, entre mode de vie alternatif porté par les idéaux des années 1960 et pragmatisme contemporain.

 

 

 

 

4178_its_alright_michel

It’s alright Michel

Michel Gagnon a plus de 80 ans. Mais l’âge n’a en rien entamé sa personnalité passionnée, attachante et quelquefois orageuse. Don Juan et trans, un rien provocateur, il n’a peut-être plus tout à fait l’énergie de vivre à fond une vie débridée et sans compromis, mais ses souvenirs, qu’ils soient de ses conquêtes, de l’essor du mouvement LGBT ou du Red Light de Montréal, sont, eux, assurément encore très vifs. Aux côtés de sa vieille chienne Sophia, il se raconte avec une présence, une lucidité et une sincérité renversantes. Sous la caméra attentive et complice de Marie-Pierre Grenier qui, au-delà du portrait coloré, ouvre aussi la porte à une réflexion profonde et touchante sur la solitude et le vieillissement.

 

 

 

 

4011_manoir_2

Manoir

Ils souffrent de schizophrénie, de névroses diverses, de dépression, de toxicomanie, d’une estime de soi à terre… Au Manoir Gaulin, un établissement privé aux allures de motel laissé à l’abandon, situé aux abords du centre-ville de Saint-Hyacinthe et de l’autoroute 20, ils sont une quarantaine à vivre dans de toutes petites pièces isolées. Et ils refusent de se résigner malgré le peu de soins dont ils sont entourés. Un jour, en 2012, le Manoir et le terrain avoisinant sont rachetés par un homme d’affaires qui désire y construire un centre d’achat. Coréalisé par Martin Fournier et Pier-Luc Latulippe, Manoir est un film aussi beau qu’il est triste, aussi attentif à la détresse de ces laissés-pour-compte qu’il sait ne pas être complaisant, aussi émouvant que lumineux.

 

 

 

 

4310_the_saver_01

The Saver

Fern ne veut pas connaître le même destin tragique que sa mère. D’origine amérindienne, l’orpheline de 16 ans fuit les services de protection de la jeunesse et trouve refuge chez l’ancien employeur de sa mère, qui lui propose de la remplacer en tant que concierge d’immeuble. En plein hiver glacial, à Montréal, elle s’inspire aussi d’un livre d’épanouissement personnel trouvé par hasard pour échapper à sa condition et se dégote un second emploi dans un restaurant. Rapidement, l’énergie de tout mener à bien vient pourtant à manquer. Heureusement, son oncle Jack, qu’elle n’a pas vu depuis des années, lui prête main-forte. Pour son troisième long, Wiebke Von Carolsfeld adapte un roman pour jeunes adultes de Edeet Ravel et révèle le talent déterminé et attachant de la nouvelle venue Imajyn Cardinal.

 

 

 

 

 

Court/moyen métrage fiction

3994_affiche_apne_e

Apnée

Sophie se remet difficilement de sa chute. Elle remonte lentement à la surface, revivant les moments qui ont précédé son effondrement et tentant de garder la tête hors de l’eau.

 

 

 

 

 

 

4542_le_dernier_mardi_1

Le dernier mardi

Deux femmes que tout sépare. L’une attend la mort patiemment. L’autre attend tout de la vie. Chaque mardi, l’aînée reçoit la plus jeune dans son intimité. Vies qui se croisent sans se lier.

 

 

 

 

 

 

 

4018_drame_de_fin_de_soiree_1

Drame de fin de soirée

À 1h34, dans une banlieue enneigée, Jérémie gare sa voiture modifiée en face d’un club bondé. Les préoccupations habituelles de ses amis ne l’intéressent guère. Il cherche quelqu’un.

 

 

 

 

 

 

3937_entre_lamer_etlecorce_affiche

Entre la mer et l’écorce

Gaspésie, fin des années 1980. Les parents de Claire se séparent. Entre une mère en quête d’indépendance et un père dépressif, elle tente de fuir grâce à son imagination.

 

 

 

 

 

 

3946_flotsgris_1

Flots gris

À la dérive d’un deuil amoureux difficile, Livia est hantée par un paon. Western urbain aux confins de Montréal-Est.

 

 

 

 

 

 

 

3997_grimaces_1

Grimaces

Anne n’a pas la face facile, le caractère non plus. Alexis salive, prisonnier de leur amitié. Leur histoire est compliquée, couverte de bave et de volupté.

 

 

 

 

 

 

4015_larguer_les_amarres_1

Larguer les amarres

Simon s’apprête à quitter sa vie d’insulaire pour commencer ses études secondaires sur la terre ferme. Alors qu’il joue sur la plage avec sa sœur, il trouve un petit bateau échoué sur la rive.

 

 

 

 

 

 

3999_maitres_nageurs_1

Maîtres nageurs

C’est la canicule. Une piscine municipale est prise d’assaut par des baigneurs. Beau temps, mauvais temps, le lieu prend vie au gré des jours, de ses usagers et de ses sauveteurs.

 

 

 

 

 

 

4187_mon_petit_frere_1

Mon petit frère

Fannie veut défendre son petit frère, Charles, contre deux voyous, sans connaître la véritable histoire. Inspiré de la vraie histoire de Fannie Lacroix.

 

 

 

 

 

 

4020_mutants_1

Mutants

À l’été 1996, la vie envoie une balle courbe dans la face de Keven Guénette… et ça frappe. Guidé par son entraîneur de baseball paraplégique, il découvre la mutation, le sexe et l’amour.

 

 

 

 

 

 

3834_la_partie

La partie

Bernard, austère, ne vit que pour prendre soin de Line, son amoureuse gravement malade. La partie de sucre organisée par leur fils le force à renouer avec l’ivresse du printemps.

 

 

 

 

 

 

4003_lapeausauvage_1

La peau sauvage

Lorsqu’une jeune femme solitaire découvre un bébé python dans son appartement, son quotidien se métamorphose. Cette mystérieuse rencontre libère des pulsions enfouies et laisse place à sa vraie nature.

 

 

 

 

 

 

4071_stills001_1-1

Ruby pleine de marde

Pour Noël, Denis se rend dans l’entourage de son amoureux Carl, une famille foncièrement catholique qui ignore tout de leur relation. S’ensuit un duel psychologique entre Denis et Ruby, la nièce de Carl.

 

 

 

 

 

 

4189_sans_mot

Sans mots

Un jeune homme doit annoncer une nouvelle dévastatrice à sa copine, qui se réveille à peine d’un coma, à la suite d’un accident de la route. Il peine à trouver les mots.

 

 

 

 

 

 

 

3807_une_journee_ordinaire2

 

Une journée ordinaire

En proie à un deuil important, chaque membre d’une fratrie tente à sa manière d’avoir une journée ordinaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

3849_leventdansface_01

Le vent dans face

Alors que leur groupe de musique est en tournée à Montréal, deux amis de longue date sont confrontés à leurs démons intérieurs. La tension éclate et met en danger leur amitié et l’avenir du groupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

Courts/moyen métrage documentaire

4162_retour_parc_ex_01

Retour à Parc Ex

Plongée dans le quartier montréalais Parc-Extension à travers les yeux de son réalisateur et résident Tony Asimakopoulos. Le quartier, historiquement berceau des migrants grecs, a aujourd’hui beaucoup changé.

 

 

 

 

 

 

 

Réalité virtuelle

4541_poster_deprogrammed

Deprogrammed

Une promenade virtuelle à travers le paysage mental de gens endoctrinés. Étape par étape, vous progresserez dans un environnement qui contextualise les expériences et les sou-venirs d’une ancienne membre de l’Église de l’Unification, d’un skinhead et d’un jihadiste. Ce sont vos guides qui expliquent, dans leurs propres mots, comment le lavage de cerveau et la pression du groupe les ont amenés à adopter des idéologies extrémistes. Le regard du spectateur est restreint, servant de métaphore visuelle de la liberté limitée vécue par les guides. L’interaction offerte dans Deprogrammedreflète le chemin étroit que les victimes ont été forcées de prendre. Le but de ce voyage méditatif et immobilisant est de transmettre une perspective humaine sur les expériences des victimes. Comment ont-ils été victimes d’endoctrinement étant adolescents, et comment ont-ils retrouvé leur chemin??